Conseil municipal de la ville d’Etréchy

« Ordre du jour » du Conseil municipal du 24/06/2011 :

- « approbation du PV du Conseil municipal du 27 mai » repoussée en septembre,

- « approbation du PV du Conseil municipal du 17 juin » repoussée en septembre,

- 036bis/2011 : « modification des périmètres de protection autour de monuments historiques »,
procés-verbal 036bis/2011
- 037 : « bilan de la concertation et arrêt du plan local d’urbanisme (PLU) ».
procés-verbal 037/2011
- 038 : « compte administratif (budget général et budgets annexes) »,
procés-verbal 038/2011
- 039 : « compte de gestion 2010 (budget général et budget<; annexes) »,
procés-verbal 039/2011
- 040 : « affectation du résultat 2010 budget général », « budget eau », « budget assainissement ».
procés-verbal 040/2011
- 041 : « rapport annuel eau et assainissement »,
procés-verbal 041/2011
- 042 : « demande de sbvention à l’Agence de l’eau (aquex) ».
procés-verbal 042/2011
- 043 : « mise à disposition de personnel avec la Communauté de Communes Entre Juine et Renarde,
procés-verbal 043/2011

- Nos questions :
restauration scolaire (tous les légumes de la restauration scolaire ne sont pas tous « bios »,
conformité de la prestation de Sogepare);
Robert Pesant
(date de l’inauguration et texte de la plaque commémorative de Robert Pesant livré par les autorités de Vichy à l’occupant nazi et fusillé le 16 décembre 1941 au Mont Valérien).

Pour une autre politique de fleurissement

Texte de notre 34è tribune pour le VIVRE A ETRECHY n° 29 du juin de mai 2011.

Les petites comme les grandes villes ont compris depuis longtemps que le fleurissement correspondait à une attente de leur population. Et chacune à sa manière tente d’y répondre au mieux avec des moyens très différents.

A Etréchy aussi, il existe une volonté de fleurir la ville mais elle est à notre avis trop centrée sur le seul objectif de briller au concours des villes fleuries.

A trop vouloir décrocher à tout prix un trophée, on en oublie de fleurir tout au long de l’année. Chacun a pu constater que les parterres abandonnés aux mauvaises herbes une grande partie du temps sont mis en place très tard, trop tard, et seulement dans la perspective de concours. C’est un choix que nous n’approuvons pas, comme nous n’approuvons pas non plus le recours au tapis de fleurs achetées à l’extérieur et déroulés à la dernière minute, ou encore les suspensions, magnifiques certes, mais fournies par des prestataires. Qu’on le veuille ou non, on tombe dans la facilité et dans le «coûteux» ! Dans ces conditions à quoi servent nos serres municipales et le savoir faire de nos jardiniers ?

Produire localement et naturellement avec des plantes plus économes en eau, s’appuyer sur la créativité de notre personnel, fleurir au rythme des saisons, voilà des objectifs louables qui auraient le double avantage de s’inscrire dans une démarche de développement durable et de ménager les finances communales. Telles sont nos propositions et tant pis pour la compétition ! La manière importe au moins autant que le résultat…

Permanence : 18 juin de 9h à 11h, en Mairie.